Stop à l’automédication : je ne prends pas de risques

Stop à lautomédication je ne prends pas de risques 300x300 - Stop à l'automédication : je ne prends pas de risques

Vous aviez pris l’habitude de vous servir dans la pharmacie dès qu’un mal de tête se faisait sentir ou qu’une courbature se rappelait à votre bon souvenir. Il va falloir mettre la pédale douce en ce qui concerne l’automédication !

  • Je demande toujours conseil à mon médecin avant de prendre un médicament même s’il est vendu sans ordonnance

De nombreux médicaments peuvent passer dans le sang du fœtus au niveau du placenta. Cette barrière qui laisse heureusement passer l’oxygène et les nutriments, ne filtre pas certaines substances contenues dans les médicaments.

  •  Le mode d’administration change-t-il quelque chose?

Non, vous devez vous méfier de toutes les substances qui passent dans l’organisme. Qu’il s’agisse de médicaments utilisés par voie orale, transcutanée, rectale, sublinguale et injectable.

  • Les médicaments sont-ils tous dangereux?

Non, bien sûr, mais dans le doute, abstenez-vous! Certains d’entre eux peuvent être à l’origine de malformations ou s’avérer toxiques pour l’enfant in utero. D’autres peuvent aussi favoriser l’apparition de contractions utérines, ce qui peut entraîner une fausse couche ou une naissance prématurée.

  • Dois-je rester prudente pendant toute la grossesse?

Oui, mais d’autant plus au cours du premier trimestre. Pendant les trois premiers mois, la structure et les organes du corps du bébé se mettent, en effet, en place. Uembryon est donc à ce moment particulièrement sensible aux agressions extérieures.

Commentaires

Commentaires

Stop à l’automédication : je ne prends pas de risques | Guide Future Maman | Pour toutes les futures mères