Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guidefut/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guidefut/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1291

Resultados para: "tout sur enceinte et pesanteur dans le bas ventre"

Vous voyez alimentation , maternité e / ou autres articles relatives de sa recherche tout sur enceinte et pesanteur dans le bas ventre. Trouver les meilleures solutions pour de votre grossesse. hémorroïdes, forceps, fausse couche, echographie, rubeole, echographie bebe, varice.

Je dis non à la fatigue

Encore un coup de pompe ! Tout est normal et ce n'est pas le dossier Schmulbuk qui vous oblige à rester tous les soirs au bureau qui est responsable de votre état d'épuisement. Vous avez envie de dormir en permanence et vous seriez plus enthousiaste à l'idée d'avoir un bébé si vous n'étiez pas aussi fatiguée !
  • Pourquoi suis-je exténuée?
C'est la faute de la progestérone ! Durant les premiers mois, l'augmentation de sécrétion de progestérone, l'une des principales hormones de grossesse, a un prodigieux effet sédatif. Cette fatigue s'atténue vers le 4e mois.
  •  J'identifie les éventuelles autres causes de fatigue
Le stress, le manque d`exercice, une mauvaise alimentation. Je fais prendre ma tension ou doser ma TSH pour ne pas passer à côté dune hypotension artérielle ou d une hypothyroïdie.
  • Je prends le temps de me reposer sans culpabiliser
Couchez-vous tôt et n'hésitez pas, si vous le pouvez, à vous allonger et à vous reposer un peu dans 1 après-midi. Il n'y a aucune raison de culpabiliser quand vous croisez le regard accusateur de votre boss alors que vous vous êtes seulement assise quelques minutes à côté de la machine à café : votre équilibre hormonal de femme enceinte se modifie et votre organisme est tout naturellement dévoué au bon développement de bébé !
  • J'explique la situation à mon entourage
Votre apparence encore fine vous dessert. Si vous aviez un ventre monumental, vous êtes sûre que vous auriez droit à plus d'égards... Et pourtant vous ne pouvez pas faire autrement. Rappelez-leur que vous êtes enceinte et que la progestérone vous drogue !
  • Je ne prends pas de dopant!
Malgré une furieuse envie de sortir la tête du sac, vous devrez limiter votre consommation de café. Buvez en alternance du thé vert léger et du romarin. Leia mais...

Je change ma garde-robe

Les boutiques spécialisées ont fait de gros progrès ces dernières années. Les coupes larges et détendues qui donnaient l'air d'avoir enfilé une moufle ont vécu, elle est bien loin l'incontournable salopette de grossesse ! Fashion, hype et pourquoi pas sexy, vous avez le droit de rester tendance et même si vous ne vous précipitez pas dans la première boutique pour femmes enceintes venue... Et si vous faisiez de la récun ?
  • Je trie ma garde-robe dès que j'en ressens le besoin
Repérez dans votre placard les vêtements trop grands et qui vont vous servir maintenant que vous avez grossi. Prévoyez de faire des pinces afin de souligner la courbe de votre ventre. Ouf, quelle place dans votre placard ! Quelques semaines plus tard, vous serez prête à choisir une ou deux jolies tenues spéciales femme enceinte dans lesquelles vous vous sentirez à Taise.
  • Je mets en valeur mes atouts
Enceinte, toutes les fantaisies sont permises, à condition de ne pas être engoncée. Portez des couleurs vives ou du pastel en haut et du sombre en bas. Ainsi, vous gommerez les rondeurs et vous détournerez l'attention des endroits où vous avez pris du poids.
  • Je choisis des hauts adaptés
Portez des T-shirts serrés mais pas moulants et des décolletés sexy, surtout si vous avez toujours été complexée d'avoir une poitrine trop menue. Si, au contraire, vous trouvez votre poitrine trop forte, inutile de choisir des hauts trop larges. Un joli petit haut fluide sera nettement plus glamour.
  •  Je pique les vêtements de mon homme!
La chemise blanche fera parfaitement l'affaire ainsi que le gilet de costume.
  • J'évite les pantacourts 
Les pantacourts ont tendance à couper la jambe et à vous tasser. Préférez un long pantalon fluide à taille élastique, porté avec une tunique. Pensez également aux leggins avec un pull tunique. Vous pouvez tout porter y compris des minijupes, surtout tant que vos jambes restent fines.
  • Je reste féminine
Vous pouvez aussi être enceinte et rester glamour, la preuve avec les robes stretch à fleurs, les imprimés colorés, le poncho ou encore le velours à fleur de peau.
  • Quelle tenue choisir pour le travail?
Un pantalon noir ou une jupe stretch serviront de bases que vous agrémenterez de découpes à fronces et de tops près du corps.
  • J'opte pour les chaussures plates
C est le moment de revenir aux ballerines qui galbent la cheville. Les bottes sont, pour leur part, tendances, mais pas recommandées du tout ! Elles compriment le molleet pourraient faire gonfler les jambes et les pieds.
  • Je joue avec les accessoires
Les modèles larges de ceintures accentuent vos hanches. II vaut mieux les choisir fines, pour souligner le mouvement sans marquer ou même un lacet noué - pas trop serré -autour du ventre. Leia mais...

J’ai un coup de blues

Vous devriez être la femme la plus heureuse du monde et voilà que la présence de ce petit bout dans votre ventre vous fait l'effet d'être dévorée de l'intérieur par un alien. Non seulement votre moral n'est pas au beau fixe mais en plus vous culpabilisez à mort de ne pas être parfaitement épanouie, vous qui avez tout pour être heureuse...
  • Je n'ai pas l'instinct maternel
Mais bien sûr que si ! Cette notion imaginaire exaltée par le XIXe siècle soucieux de conserver la femme dans un rôle de mère au foyer a fait bien du mal aux femmes les plus indépendantes. Ce n est pas parce que l'arrivée de ce bébé que vous avez tant désiré vous perturbe, que vous ne l'aimez pas et que vous serez une mère imbuvable. Il faut bien avouer qu'il bouscule votre vie. Vous avez bien le droit d'avoir quelques humeurs.
  • Je ne suis pas triste, je pleure!
Non seulement vous êtes en train de construire un bébé jour après jour, donc de changer de corps et d'image, mais vous tournez une page de votre vie. D'enfant vous allez devenir parent et changer bon nombre de vos habitudes. Tout cela ne serait rien si ces satanées hormones ne s'en mêlaient pas...
  • Je n'aime pas être enceinte...
Criez-le haut et fort ! Ce n est pas une obligation d'aimer porter un enfant. La grossesse n'est pas pour toutes les femmes la période la plus épanouissante de la vie. Loin s'en faut !
  •  Mon bébé va-t-il pâtir de mes humeurs?
Nullement. Votre moral ne pèse que sur vous. Votre bébé ne vous fera aucun procès d'intention à la naissance.
  • Qui peut m'aider?
Vos proches, qui sauront ne pas juger votre attitude à l'aune des contre-exemples ou votre médecin qui en a entendu d`autres ! Si vous vous sentez vraiment trop mal dans votre peau, adressez-vous à un psy mais pas question d'avoir recours à des antidépresseurs. Leia mais...

Je préviens mon employeur

Vous redoutez sans doute ce moment angoissant sous l'œil réprobateur de votre employeur, mais il va falloir en passer par là avanlque votre ventre ne vous trahisse ! Il n'y a plus à tergiverser, prévenez votre boss.
  • Quand prévenir mon patron ?
Officiellement vous n'êtes pas tenu de le lui dire mais dans les faits, il est préférable de l'en informer dès l'envoi de votre déclaration de grossesse auprès des organismes sociaux, or la Caf et la CPAM doivent être prévenues avant la 12e semaine de grossesse. Votre chef vous saura gré de le prévenir suffisamment tôt pour qu'il puisse organiser votre remplacement.
  • Comment l'annoncer à mon patron?
Tout dépend de vos relations. Si vous êtes dans une PME et que vous êtes en termes sinon cordiaux du moins polis, annoncez-lui la nouvelle de vive voix avant d'envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception au service du personnel. Dans une grosse structure, adressez-vous à votre supérieur hiérarchique direct puis envoyez le même courrier.
  • Que doit comporter la lettre?
□ Annoncez que vous êtes enceinte. Précisez votre date présumée d'accouchement. □ Notifiez vos dates de congé maternité. □ Rappelez que vous devrez vous absenter pour vous rendre aux examens médicaux obligatoires dans le cadre de la surveillance de votre grossesse. □ Demandez un aménagement de votre poste en cas de pénibilité en rappelant l'article correspondant de votre convention collective. Le petit plus qui fait plaisir : Précisez que vous restez à la disposition de votre employeur pour former la personne qui vous remplacera.
  • Quels sont mes droits?
Procurez-vous votre convention collective propre à votre profession pour connaître vos droits. En tout état de cause : □ vous devez prévenir votre employeur avant de partir en congé maternité via une lettre recommandée avec AR ; □ vous pouvez démissionner du jour au lendemain sans avoir à verser d'indemnités ; □ vous pouvez demander un changement d affectation provisoire sans diminution de salaire, si vous avez un an d'anciennetédans l'entreprise. Vous ne pouvez pas être licenciée sauf : □ en cas de faute grave ; □ si votre CDD arrive à son terme ; □ si vous partez en congé maternité sans avoir prévenu votre employeur ; □ si votre employeur doit mettre la clef sous la porte ; □  quatre semaines après la reprise de votre travail à l'issue de votre congé maternité.
  • Quelle attitude adopter ?
  □ Si vous voulez garder de bonnes relations avec vos collègues, soyez naturelle. □ N'en faites pas trop ! Ne soyez ni zélée, ni prodigieusement tire-au-flanc. □ Vous êtes enceinte, vous n'êtes pas malade. □ Ne culpabilisez pas : vous avez le droit de faire un enfant et d'ailleurs c'est un devoir pour pérenniser l'espèce ! Vous êtes en mission en quelque sorte!   Leia mais...

Je désamorce mes angoisses

Vous passez du rire aux larmes sans aucune raison apparente ? C'est normal... mais déstabilisant ! Le premier trimestre de grossesse est particulièrement bouleversant. Vous êtes enceinte mais personne ou presque ne le sait, un certain nombre de questions vous hantent et vous n'ose, pas toujours les poser. Tout cela ne serait rien si vous n'étiez soumise à une tempête hormonale qui n'a rien à envier aux cyclones tropicaux. Désamorcez ces grenades émotionnelles !
  • J'ai peur de faire une fausse couche
C`est la première angoisse des futures mamans et certainement la plus dévastatrice pour le moral. 11 ne sert à rien de la nier et moins encore de l'entretenir en écoutant les funestes histoires des copines. Le risque existe, mais la seule chose à se dire c'est que la nature fait toujours le bon choix.
  • Mon bébé sera-t-il normal ?
Au top deux des craintes maternelles cette question taraude toutes les mamans. S'il est hélas impossible d'être rassurée à 100 % ; gardez en tête que votre grossesse sera suivie avec attention et qu'une batterie d'examens est prévue aux alentours de la 12e semaine d'aménorrhée. Le premier d'entre eux est la mesure de la nuque du fœtus (clarté nucale) qui permet de détecter un risque de trisomie. Le deuxième est un triple test sanguin (tri-test ou HT21) qui peut être complété par une amniocentèse quand le test sanguin et/ou l'échographie ont mis en évidence un risque particulier. Cet examen permet de détecter les problèmes chromosomiques et certaines maladies héréditaires.
  •  J'ai peur d'accoucher
C'est bien normal, surtout si c'est la première fois ! Là encore, commencez par ne pas écouter les récits de guerre de vos copines. Leurs accouchements tiennent plus de la guerre de 14 que de la réalité et certaines s'en font une gloire. Libres à elles de s'agrafer la médaille de la valeu- reuse parturiente sur la poitrine. Quant à vous, « don't panic » ! Vous êtes dans un pays développé, au XXIe siècle et la péridurale est votre meilleure amie. Et de toute façon vous aurez tout oublié sitôt votre bébé dans vos bras.
  • Vais-je beaucoup grossir ?
Non... enfin, si vous ne vous appesantissez pas sur le plateau de fromages ou sur la boîte de bonbons. La prise de poids moyenne est comprise entre 9 et 12 kilos. Limitez la casse en faisant attention car il est plus facile de ne pas grossir que de maigrir.
  • Est-ce vraiment le bon moment pour avoir un enfant ?
Bien sûr que non ! Ce n'est jamais le bon moment ! S'il avait fallu attendre à chaque fois le bon moment, nous ne serions pas nombreux sur Terre.
  • Vais-je être une bonne mère ?
Évidemment. Vous allez être une maman aimante qui fera ce quelle pourra et ce sera déjà bien. Balayez les clichés de la mère au foyer sacrifiée sur l'autel de la maternité. De toutes façons à l'adolescence votre cher petit vous dira que vous ne comprenez jamais rien alors inutile de commencer à culpabiliser !
  • Vais-je continuer à plaire ?
Oui si vous vous mettez en valeur. Être enceinte ne veut pas dire renoncer à être une femme au contraire. C'est le moment de souligner votre féminité exacerbée. Euh... Ce n`est pas une raison pour draguer tout ce qui porte pantalon !
  • Vais-je conserver mon poste au travail ?
C est une obligation légale. Votre grossesse vous met à l'abri d un licenciement ou d un changement de poste sauf provisoirement pour raison médicale. Ces quelques mois sont une parenthèse : prenez soin de vous. Pour autant ne vous autorisez pas à poser la rame sans raison. Vous êtes enceinte, vous nêtes pas malade. Ne tombez pas dans le travers de celles qui usent et abusent des arrêts maladies, c est le meilleur moyen de faire du tort aux autres femmes enceintes. À l'inverse» ne soyez pas non plus une forcenée. Vous n'avez rien à prouver. Travaillez normalement et ne forcez pas inutilement. Vous pleurez tout le temps Munisseï-vous de paquets de mouchoirs et choisissez un mascara waterproof c`est hélas la seule chose à faire en attendant que vos hormones s'apaisent. Ce ne sera pas très long. Lorsque votre ventre commencera à pointer et que bébé sera bien installé, vous vous serrez plus détendue. C'est fou ce qu'on prend comme assurance en prenant de l'Importance! Leia mais...

Je prépare ses frères et sœurs

L'arrivée du futur bébé ne va pas seulement quelque peu bousculer votre quotidien : il va également bouleverser la vie de toute la famille et surtout celle de votre aîné! Avant de lui annoncer la bonne nouvelle, préparez le terrain. Il va lui falloir s'habituer à vous partager... ce n'est pas toujours facile.
  • Quel est le meilleur moment pour annoncer à votre enfant que vous êtes enceinte?
Attendez bien entendu que votre grossesse ait été confirmée. Certains parents choisissent d'annoncer la nouvelle quand le risque de fausse couche est écarté. D'autres attendent de savoir si tout va bien lors de la première échographie. Si votre enfant a moins de deux ans, vous pouvez aussi attendre de le lui annoncer quand votre grossesse devient clairement visible. Quoi qu'il arrive, rappelezvous que chaque enfant est différent et qu'il n'existe donc pas de règles absolues sur le moment ou la façon de lui annoncer la grande nouvelle.
  • Je n'attends pas trop longtemps
Vous avez déjà annoncé l'heureux événement à votre famille et à vos amis mais pas à votre enfant ? Faites-le vite ! Il entend, comprend et ressent ! Ne traînez pas, il aurait l'impression d'être exclu.
  • Je prépare le terrain
Si vous connaissez d'autres femmes enceintes, montrez lui leur ventre rond et profitez-en pour aborder le sujet avec lui. Vous pouvez aussi utiliser comme exemple les animaux du zoo ou de la ferme qui attendent un petit.
  • J'encourage sa curiosité vis-à-vis des bébés
Le soir, racontez-lui des histoires où il est question de la maternité.
  • Je choisis le bon moment pour lui annoncer la nouvelle
Après ce travail de préparation, choisissez un moment calme en tête-à-tête ou avec le papa. Ce que vous allez lui dire dépend, bien évidemment, beaucoup de l'âge de votre enfant et de son niveau de compréhension. S'il est tout petit, expliquez-lui la nouvelle très simplement : il sera probablement enchanté ou peut-être totalement indifférent ! N'oubliez pas que pour lui, un bébé dans le ventre de sa maman n'a pas grand-chose à voir avec l'idée d'un nouveau venu permanent au sein de la famille.
  • Je le rassure
Parlez régulièrement avec lui du bébé qui grandit et laissez-le toucher votre ventre afin qu'il sente le bébé bouger. Ainsi, il aura l'impression de ne pas être exclu de votre grossesse.
  • Investissez-le de son rôle d'aîné
Il arrive que l'aîné « régresse » à la naissance du second pour obtenir l'attention de sa maman. En lui expliquant qu'il est le grand et en quelque sorte le « guide » de ce nouveau venu, la pilule devrait mieux passer !
  • Que dois-je faire s'ii montre des signes de jalousie ?
Accordez-lui beaucoup d'attention et rassurez-le. Prenez le temps de répondre à ses questions et expliquez-lui que l'arrivée de ce nouveau venu ne changera en rien l'amour que vous lui vouez. Pour autant ne cédez pas systématiquement à ses caprices, vous ne devez pas « l'acheter » en quelque sorte.
  • Je ne « vole » pas son lit
Si vous envisagez de faire passer votre enfant à un vrai lit une fois le bébé arrivé, n'attendez pas le dernier moment pour le faire ! Il ne doit pas avoir l'impression que le bébé lui vole son petit lit. Autant que possible laissez-le choisir son nouveau lit et sa literie.
  • Je fais participer l'aîné à la préparation de la chambre du bébé.
Leia mais...

Je bannis l’alcool!

Vous êtes enceinte, et la plus heureuse des femmes, c'est le moment de fêter cette bonne nouvelle en levant votre verre... d'eau ou de jus de fruits ! Car désormais, vous, la joyeuse fêtarde grande spécialiste du TGV (Tequila Gin Vodka, bien sûr !) devant l'Éternel, devez être un modèle de sobriété pour le bien-être de votre enfant.
  • On parle beaucoup du syndrome d'alcoolisation fœtale, est-ce un effet de mode ?
Non pas du tout. N`y voyez pas la croisade dune quelcon-que ligue de vertu, ni une lubie de dame patronnesse, mais simplement un austère constat scientifique : l'alcool est un poison et à ce titre il est dangereux pour le développement du fœtus (et accessoirement pour votre propre santé...). Lorsque vous buvez vous tendez directement un verre à votre enfant, car l'alcool traverse le placenta sans quaucun filtre, comme le foie, ne s'interpose. L'alcool perturbe le métabolisme cellulaire et peut être responsable de mal-formations ou de retards de développement. Dans les cas extrêmes, le syndrome d'alcoolisme fœtal se manifeste par des anomalies faciales, une taille de tête réduite, des troubles de croissance et un poids anormalement faible, des problèmes neurologiques, des troubles de l'apprentissage et de la mémoire ainsi qu'un faible contrôle des émotions.
  • J'ai envie d'un petit verre ...
Aucune étude ne permettant de déterminer un seuil en deçà duquel la prise d alcool ne présenterait pas de risques, la prudence s'impose.
  • J'ai beaucoup bu avant d'apprendre que j'étais enceinte
Bien sûr, l'idéal serait d'éviter de boire dès le projet de conception, mais si vous avez mémorablement arrosé quelques soirées avant de savoir que vous étiez enceinte, rassurez-vous. Votre bébé ne naîtra pas avec un affreux mal de crâne. Ces petits excès de début de grossesse sont anodins s'ils ne sont pas répétés.
  •  Aïe ! J'ai accepté une coupe de Champagne....
Ne culpabilisez pas trop ! Mais ce n'est pas une raison pour vous resservir ! Et, puisque vous avez commencé à gravir le dur chemin de la sagesse, profitez-en pour limiter le café et le thé. Apéro 0º Cocktail de jus de fruits : excellent ! Vous ferez en plus le plein de vitamine C et d'acide folique présents dans les bananes et les oranges. Cocktail de légumes : osez les mélanges et luttez contre la constipation. Eau : pas forcément tristounet et sans modération. Bière sans alcool :ces bières contiennent en réalité moins de 0,5% d'alcool, mais elles sont caloriques ! Attention au surpoids. Sodas : évitez les boissons sucrées, histoire de ne pas avoir à vous préparer un régime sévère après la naissance.   Leia mais...

Je prépare mes questions à mon gynécologue

Vous avez rendez-vous avec votre gynécologue, qui est comme chacun sait le meilleur ami de la femme et le plus étourdissant des confidents. C'est le moment de lui poser toutes les questions qui vous hantent - y compris celles qui vous semblent particulièrement stupides. Notez-les à chaque fois que lune d elles vous traverse 1 esprit. En voici quelques-unes... à poser d urgence : 1. Je n'ai pas de nausées et je ne ressens aucune fatigue particulière est-ce normal ? 2. Pourquoi ai-je de temps en temps mal au ventre et aux reins ? 3. J'ai de petits saignements, est-ce grave ? 4. Vais-je garder tous ces kilos? 5. Mon bébé souffre-t-il de mon stress ? 6. Quelles précautions dois-je prendre au travail ? 7. Je n'ai pas de libido... pourquoi ? 8. J'ai tout le temps envie de faire l'amour, c'est normal ? 9. I ai des mycoses, est-ce dangereux pour le bébé ? 10. Pourquoi ai-je des boutons? 11. Puis-je continuer à prendre des compléments alimentaires ? 12. Puis-je colorer mes cheveux ? 13. Je n'ai pas le moral, qui peut m aider ? 14. Mon ventre durcit, est-ce des contractions ? 15. Mes seins sont tout petits, vais-je pouvoir allaiter ? 16. Je suis assez forte, vais-je devoir être alitée en fin de grossesse ? 17. J´ai des contractions successives, est-ce grave ? 18. La voiture peut-elle provoquer une fausse couche ? 19. Comment lutter contre les vergetures ? 20. J'ai un chat, puis-je le garder ? Leia mais...

Je fais face au stress

On a beau s'être entraînée, avoir tout prévu ou presque, le jour de l'accouchement toute votre organisation si bien huilée est un vague souvenir! Laissez-vous prendre en main, la médecine se penche sur vous !
  • Maman sous contrôle
Laissez votre pudeur au vestiaire! Après vérification de votre tension, analyse de vos urines et prise de votre température, vous serez rasée. La sage-femme mesurera la dilatation de votre col et vous dirigera soit dans une chambre, soit en salle de naissance.
  • Bébé sous contrôle
Si vous arrivez et que le travail n'est pas suffisamment avancé, on vous proposera sans doute, selon la taille de la maternité, de vous allonger dans une salle de contrôle qui n'est pas encore celle de l'accouchement. Vous serez placée sous monitoring, des capteurs seront placés sur votre ventre afin de surveiller la fréquence cardiaque de votre enfant et de s'assurer ainsi que tout va bien. Les jours qui précèdent l'accouchement, vous aurez sans doute déjà eu l'occasion d'utiliser ce système de surveillance. Lorsque vol re col atteint les 3 cm de dilatation - vous  avez passé la plus longue période -, les choses passent à la vitesse supérieure. Maman sous perfusion  La pose d'une perfusion n'est pas le moment le plus agréable de l'accouchement, mais c'est un passage quasi obligatoire dans la grande majorité des maternités. Elle permet d'injecter selon les besoins un analgésique pour soulager les douleurs, du glucose en cas de travail très long... Leia mais...
Time executed 0.0017 seconds
  • Articles

    • Forceps

      Forceps – Instruments métalliques, ...

    • Colostrum

      Colostrum – Premier lait très riche en ...

  • Tout sur enceinte et pesanteur dans le bas ventre | Guide Future Maman