Résultats pour "lourdeur bas ventre symptome grossesse"

Vous voyez grossesse , naissance e / ou autres articles relatives de sa recherche lourdeur bas ventre symptome grossesse. Trouver les meilleures solutions pour de votre grossesse. hémorroïdes, forceps, fausse couche, echographie, rubeole, echographie bebe, varice.

Aïe, j’ai mal au ventre : pas de panique!

Votre corps connaît un des plus grands chambardements de son histoire. Votre utérus est en plein aménagement et les « travaux » donnent parfois lieu à des sensations désagréables. Vous avez beau savoir que les douleurs abdominales sont fréquentes en début de grossesse, vous ne pouvez pas échapper à l'angoisse qui vous étreint. Faites le point.
  • Mon ventre est lourd et tendu
C'est normal et ça ne fait que commencer ! Votre utérus, qui ne cesse d'augmenter de volume, s'est redressé pour prendre (fis aises dans votre abdomen. Une fois bien installé, il comprime les organes voisins notamment l'intestin et la vessie. D'où une constipation qui peut se traduire au début par des spasmes et une envie plus fréquente d'uriner. Cette sensation peut être amplifiée par un effet de ballonnement dû à la progestérone qui, elle aussi, ralentit le transit.
  • Je ressens des pincements dans le bas-ventre
Là encore, détendez-vous ! C'est toujours votre utérus le fautif. En remontant et en grossissant il fait travailler les ligaments et les muscles encore peu habitués à être soumis à une telle épreuve.
  • J'ai mal comme si j'allais avoir mes règles
Il s'agit de contractions. Celles-ci ne doivent pas vous inquiéter outre mesure mais doivent toutefois être prises au sérieux. Couchez-vous et reposez-vous autant que possible et prévenez votre médecin au plus vite.
  • J'ai des saignements
Une femme sur quatre saigne en début de grossesse et la moitié de celles-ci mènent leur grossesse à terme. Néanmoins, vous devez consulter aussi vite que possible parce que le saignement peut être un signe d'infection, de grossesse extra-utérine voire hélas de fausse couche. Leia mais...

Je soulage mes jambes lourdes

Vous avez les jambes comme des poteaux et vous avez remarqué le retour des inesthétiques petites étoiles sur vos jambes... Hélas les problèmes veineux sont fréquents lors de la grossesse mais il existe des astuces pour retrouver des jambes légères !
  • Qu'est ce qui ne fonctionne pas bien?
Les jambes lourdes sont liées à une mauvaise circulation sanguine. Pour remonter des pieds vers le cœur, le sang doit lutter contre l'effet de la pesanteur. Il chemine à travers les veines dotées de valvules qui empêchent son reflux vers le bas. Mais ces valvules sont fragiles et ont tendance à s'abîmer avec l'âge. Elles exercent moins bien leur fonction de clapet, ce qui ralentit la circulation de retour. La paroi des veines risque alors de se distendre, d'où, dans un premier temps, des douleurs ou des lourdeurs. Puis, si vous n'y prenez pas garde, vous constaterez 1 apparition de varices ou de dilatations permanentes de petits vaisseaux.
  • Pourquoi la grossesse est-elle une période à risque?
Les hormones sont encore une fois montrées du doigt, les œstrogènes favorisant, entre autres, l'apparition d'oedèmes. Au niveau de l'abdomen, l'utérus comprime également les veines et l'augmentation du volume sanguin n'arrange rien.
  •  Ma mère a des problèmes veineux : suis-je condamnée à en avoir aussi?
Malheureusement, il existe une importante prédisposition familiale à la maladie veineuse ; les femmes dont la mère souffre de varices doivent ainsi redoubler d'attention et ne pas hésiter à consulter leur généraliste ou un phlébologue  dès les premiers signes de lourdeur et d'inconfort. En la matière, mieux vaut prévenir que guérir car il suffit bien souvent d'adapter son hygiène de vie pour éviter que les symptômes ne s'aggravent. Les problèmes veineux augmentent aussi avec le nombre de grossesses.
  • Je surveille mon poids
C'est un leitmotiv mais une femme avertie en vaut une plus légère ! Les kilos superflus fragilisent le réseau veineux en renforçant encore la pression vers le bas.
  • Je marche au moins une demi-heure par jour
La sédentarité et le manque d'exercice sont parmi les pires ennemis des jambes. Une jambe musclée offre la meilleure des contentions possible et le mouvement régulier au niveau des mollets et des cuisses aide à propulser le sang vers le haut. La marche est tout particulièrement recommandée pour faire fonctionner le système veineux. Mieux vaut donc vous déplacer à pied plutôt que de sortir la voiture du garage ou monter les escaliers au lieu de prendre systématiquementl'ascenseur.
  • Je muscle mes mollets
Les deux autres sports préférés des jambes sont le vélo et la natation: le mouvement de pédalage stimule la contraction des muscles des jambes qui à son tour stimule le réseau veineux. La nage ou i aquagym présentent par ailleurs l'intérêt de l'effet drainant de l'eau. Chez vous, vous pouvez aussi tout simplement muscler vos mollets en marchant sur la pointe des pieds. Ou encore, assise, les jambes allongées et légèrement écartées devant vous, relevez alternativement la pointe du pied droit puis celle du pied gauche, maintenez quelques secondes puis relâchez et répétez ce mouvement quelques dizaines de fois.
  • Je me méfie de la chaleur
La chaleur aggrave les sensations de lourdeur et de douleur. Alors évitez les expositions solaires prolongées, les bains chauds, le sauna, le hammam et l'épilation à la cire chaude. Été comme hiver, passez un jet d eau fraîche sur vos jambes après la douche.
  •  J'atténue la douleur
Si les symptômes persistent, parlez-en à votre médecin qui pourra prescrire des bas de contention et/ou des médicaments phlébotoniques. Les bas de maintien et les bas de contention s'achètent en pharmacie. Ils exercent une pression dégressive du pied vers la cuisse pour aider au retour veineux. Leia mais...

Je me méfie du soleil

Le soleil votre meilleur ennemi ? Sans doute en partie car les fluctuations hormonales liées à la grossesse fragilisent votre peau et la rendent moins résistante. De plus vous risquez de développer au soleil le fameux « masque de grossesse ».
  • Qu'est-ce que le masque de grossesse?
Le masque de grossesse, ou chloasma, touche 2/3 des femmes enceintes, à partir du quatrième mois de la grossesse. II concerne surtout les brunes et prend la forme de plaques pigmentées de couleur marron, souvent symétriques et de forme plus ou moins régulière. Ces vilaines marques sont réparties, en général, sur le front, les tempes et les joues.
  • Pourquoi survient-il pendant la grossesse?
Inutile de vous reparler des hormones et de leurs conséquences... Vous commencez à le savoir ! Sachez que la grossesse est également à l`origine dune augmentation de la synthèse de la mélanine. Cest la raison pour laquelle apparaît l'hyperpigmentation et que les taches s'installent sur votre visage.
  • Je préviens l'apparition du masque de grossesse
Un seul mot d'ordre : évitez de vous exposer au soleil ! Hydratez votre peau et appliquez une protection solaire indice 50+ en été mais également dès que vous êtes exposée pour éviter l'apparition du masque de grossesse. C`est également le moment de ressortir vos chapeaux et autres casquettes ! Encore mieux, même en hiver et en ville, appliquez une crème de jour dotée de filtres solaires. Ne faites pas de séances UV en institut.
  • Je patiente si les taches sont déjà là
Rassurez-vous : le chloasma disparaît généralement six mois après l'accouchement. S'il persiste, consultez votre dermatologue qui vous conseillera des crèmes médicamenteuses dépigmentantes. Appliquées sur les taches chaque soir, pendant quelques mois, elles viendront à bout du masque le plus tenace.
  • Je prends des bonnes habitudes pour mes futures grossesses
Lors des prochaines grossesses, le risque de récidive est, en effet, important.Après la naissance...Après votre accouchement évitez de prendre une pilule contraceptive à base d'œstrogènes. Une fois la peau dépigmentée, choisissez un autre mode de contraception ou une pilule qui ne contient qu'un progestatif. Leia mais...

Je découvre les différentes méthodes d`accouchement

Vous n'osez pas l'avouer mais reconnaissez qu'il vous fait peur... l'accouchement! Il faut dire que vos amies qui sont passées par là n'ont pas arrangé les choses. Heureusement que votre mère est là pour vous rassurer et vous dire qu'après tout, vous n êtes pas la première à qui cela arrive! Mais si, malgré tout, vous n'arrivez pas à surmonter vos craintes, préparez ce grand moment à l'avance et choisissez la méthode d'accouchement qui vous convient le mieux...
  • J'accouche à l'hôpital
C est la méthode la plus répandue car elle donne la certitude d'être entouré dune équipe compétente et de pouvoir bénéficier de l'infrastructure nécessaire en cas de problème. Cependant la grande majorité des accouchements à risque sont prévisibles et la question du choix dune méthode ne se pose plus : vous devez alors faire confiance à l équipe médicale qui vous suit!
  • J'accouche à la maison
Les méthodes naturelles font un retour en force et l'accouchement à domicile est de plus en plus demandé. Quelques milliers de femmes font ce choix, même si les médecins sont loin de l'encourager. Les risques de complications existent, il serait regrettable de se priver de la surveillance médicale. En outre, l'accouchement à la maison oblige également à renoncer à la péridurale ! D'un autre côté, il vous permet d être dans votre environnement et de vivre ce grand moment de façon plus intime. Il ne doit pas être organisé à la légère. Réfléchissez bien avant d opter pour cette méthode. Si vous êtes sûre de votre choix, parlez-en longuement avec votre gynécologue. Vous devrez aussi trouver un gynécologue ou une sage-femme qui accepte de prendre cette responsabilité. Il va sans dire que cette méthode est réservée aux femmes dont la grossesse se déroule sans problème.
  • Je programme mon accouchement
Un accouchement programmé est déclenché artificiellement à une date choisie par l'équipe médicale. Il est effectué s'il est nécessaire d abréger la durée de la grossesse à cause de problèmes de santé de la mère (hypertension, problème cardiaque, etc.) ou si l'enfant souffre dans l'utérus. Il ne peut être réalisé qu'à partir de la 39e semaine de grossesse et si votre enfant se présente bien classiquement la tête en bas. Le déclenchement en lui-même consiste à perfuser une hormone, l'ocytocine, qui provoque les contractions de l'utérus.
  •  Brrr... C'est une césarienne?
On peut également considérer que la césarienne est une méthode d'accouchement mais ce n est pas vous qui la choisissez ! Elle est pratiquée si le bébé se présente complètement par le siège ou si le bassin de la mère est trop étroit, ou bien en cours de travail pour éviter une souffrance fœtale détectée grâce au monitoring. Les naissances multiples peuvent également la justifier.
  •  Comment se passe l'intervention?
L'opération consiste à écarter les couches musculaires de l'abdomen afin d'atteindre l'utérus. Vous serez anesthésiée localement sous péridurale et un drap chirurgical vous isolera de votre bas-ventre, mais vous pourrez ainsi assister à la naissance de votre enfant. Une petite incision sera pratiquée horizontalement juste à la limite de la pilosité pubienne. Vous pourrez vous lever dès le lendemain, comme lors d'un accouchement ordinaire, mais les tiraillements au niveau de l'abdomen vous empêcheront sans doute daller et venir en toute liberté. Vous resterez d'ailleurs quelques jours de plus à l'hôpital. Les fils seront ôtés une semaine plus tard.
  • En cas d'urgence
Une incision verticale de l'abdomen sous anesthésie générale peut-être nécessaire pour éviter un drame. Dans tous les cas, la meilleure solution sera choisie.
  • Suis-je condamnée à la césarienne pour mes futures grossesses?
Non, vous pourrez accoucher naturellement par voie basse la prochaine fois.
  • Mon ventre sera-t-il abîmé?
Non pas du tout ! L'incision est limitée et cachée par les poils du pubis. Vous pourrez exhiber votre ventre sur la plage dès l'été prochain! Leia mais...

Je pratique des exercices respiratoires

Il vous arrive parfois d'être essoufflée en montant les escaliers et votre rythme tient plus de celui du buffle pesant que de l`agile chamois... Ça ne fait que commencer!
  • Limitez les efforts
Ne montez pas les marches quatre à quatre (vous ne pouvez plus, alors inutile de faire semblant!)
  • Apprenez à respirer
Comment ça vous le faites depuis votre naissance ? En êtes-vous bien sûre? La plupart des exercices respiratoires vous seront expliqués lors des cours de préparation à l'accouchement. Mais il n'est jamais trop tôt pour bien faire, d'autant qu'il est essentiel de bien respirer pour se détendre.Respiration détente :
  • Couchez-vous sur le dos les jambes pliées puis inspirez en levant les bras vers le ciel, expirez en les posant le long du corps.
Respiration thoracique :
  • Couchée sur le dos, les jambes pliées, une main sur votre ventre, l'autre sur la poitrine, inspirez sans faire bouger la main posée sur votre ventre. Plus facile à dire qu'à faire !
  • Ce sera la respiration à adopter le jour J pendant la phase de dilatation du col de l'utérus pour ne pas trop appuyer sur votre ventre.
Respiration abdominale :
  • Toujours dans la même position, inspirez par le nez en gonflant votre ventre : la main posée sur votre thorax ne doit pas bouger ! Expirez longuement avec la bouche en creusant (euh... c'est une plaisanterie, bien sûr !) votre ventre.
  • Cette respiration accompagne les contractions d'expulsion.
 Respiration complète :
  • Il s'agit de coupler les deux exercices respiratoires. Couchée sur le dos, inspirez profondément en gonflant le ventre, puis enchaînez en gonflant la poitrine. Faites une pause et expirez en vidant d'abord la poi- trine puis le ventre.
  • Elle permet de récupérer après une contraction longue et douloureuse.
  • Attention à l'hyperventilation ! Cette respiration fait tourner la tête.
Respiration superficielle :
  • Bouche fermée, inspirez et respirez rapidement, seule la partie haute du thorax doit bouger.
  • Respectez la même durée entre l'inspiration et l'expiration.
  • Cette respiration vous aidera pendant les contractions de la dilatation en alternance avec la respiration thoracique.
Leia mais...

Ce que je dois arrêter

Vous fumez comme un pompier, buvez une dizaine detasse de cafés par jour, êtes une fana du steak tartare et vous avez besoin d'un petit cocktail vitaminé pour démarrer la journée du bon pied. À partir de maintenant il va falloir vous méfier de tout ce que vous ingurgitez sans même y penser et également de quantité d'autres ennemis sournois.
  • J'arrête de fumer
Évidemment, vous n'avez pas envie que votre bébé grandisse dans un cendrier. Écrasez au plus vite votre dernière cigarette ou diminuez au maximum votre ration quotidienne. Cette grossesse est une bonne occasion de renoncer à cette mauvaise habitude d'autant plus que les nausées du premier trimestre peuvent vous y aider. Si la perspective de vos poumons roses ne suffit pas à vous motiver, voici quelques funestes éléments à garder en tête :Le tabac accroît considérablement les risques de fausse couche et de naissance prématurée et les bébés sont souvent plus petits.
  • J'évite le café
Au-delà de cinq tasses par jour, le café a des effets comparables au tabac.
  • Je limite les compléments alimentaires
Densifiant capillaire, tonus intellectuel et autres fortifiants pour les ongles doivent être mis de côté pendant neuf mois. D'une part parce que vous n'en avez pas besoin, vos hormones pourvoient à la beauté de vos cheveux et de vos ongles, et d'autre part parce que le principe de précaution doit prévaloir en toutes circonstances. En tout état de cause, votre médecin vous indiquera les compléments « autorisés » et ceux qu'il convient de limiter. Par ailleurs il pourra vous en conseiller d'autres, comme du fer.
  •  J'évite les examens radiologiques
Les rayons X sont en général à éviter pendant la grossesse et encore plus au cours du premier trimestre. Il est donc essentiel de prévenir votre médecin si vous devez passer une radiographie voire la repousser à plus tard. Évidemment si vous avez une rage de dents ou le bras cassé, les choses sont différentes ! L'examen sera réalisé avec un tablier de plomb posé sur votre ventre pour protéger bébé.
  • Je garde mes distances vis-à-vis de mon chat
Bien sûr, Minou ne va pas prendre son baluchon et vivre sa vie loin de votre foyer. Toutefois, si vous n'êtes pas immunisée contre la toxoplasmose (20 % de la population), il va falloir être vigilante car près de deux tiers des chats sont porteurs de ce parasite. Si elle survient pendant la grossesse, elle peut contaminer le foetus. Pas question, donc, de laisser votre chat fréquenter ses congénères pendant le temps de votre grossesse, ni déjouer avec lui et encore moins de changer la litière sans gants !
  • J'évite les aliments crus
Toujours à cause de la toxoplasmose et de la listériose (toutes deux redoutables pour le fœtus). Les œufs crus, le lait et les fromages non pasteurisés, les charcuteries, les huîtres et la viande ou le poisson cru sont autant d'aliments potentiellement dangereux... Sushi, c'est fini... À vous les joies des viandes bouillies ou bien cuites... En revanche les légumes peuvent être consommés crus à condition d'être soigneusement lavés et/ou épluchés. Et...Lavez-vous les mains !
  • Je me méfie des enfants de moins de trois ans!
Les enfants qui évoluent en collectivité sont parfois porteurs ducytomégalovirus (CMV). Cette affection bénigne peut avoir des conséquences graves sur le fœtus surtout durant la première moitié de la grossesse. Si votre aîné est en crèche, ne sucez pas sa cuillère, ne finissez pas son repas, ne faites pas gant de toilette commun, lavez-vous les mains soigneusement après tout change de couches ou nettoyage de pot et évitez les baisers baveux ! En effet, le CMV se transmet par la salive et les selles.• Je remets à plus tard ma visite à mon cousin qui éternueIl ne s'agit pas de vivre dans une bulle, mais ce n'est pas une raison pour tenter le diable. Évitez les risques de contagion.
  • J'arrête les sports à risques
Simple bon sens ! Le parachutisme et le saut à l'élastique ne sont pas exactement recommandés !
  •  J'évite l'épilation à la cire chaude
La grossesse favorise parfois l'insuffisance veineuse et la cire chaude est alors déconseillée. Utilisez des bandes à froid, de la crème dépilatoire ou le rasoir car ce n'est pas une raison pour vous transformer en yéti.J'y ai droitSi vous êtes végétarienne, continuer à manger de tout à condition d'être vigilante en ce qui concerne votre apport en protéines : œufs, protéines végétales. Boire de l'eau du robinet. Utiliser des édulcorants à l'aspartame sans excès. Aller à la piscine. Prendre les transports en commun, hélas... Leia mais...

Le futur papa prend du poids en même temps que moi

Qui a dit que la grossesse était seulement une affaire des femmes ? Votre homme s`est en effet, arrondi en même temps que vous et une petite brioche témoigne de son implication dans votre grossesse!
  • Les femmes ne sont pas les seules à souffrir des petits maux de la grossesse?
Et non! Vous n'êtes pas seules ! Les hommes peuvent aussi avoir des nausées, des angoisses ou des insomnies durant les premiers mois de la grossesse de leur compagne. Ils prennent aussi généralement du poids qu'ils ont du mal à perdre ensuite. Il s'agit alors de la fameuse couvade.
  • Quelle est l'origine du mot « couvade »?
Il s'agit d une coutume que Ton retrouve en différents points du globe. Au moment de la naissance, alors que  la femme va accoucher, l'homme crie afin de simuler les douleurs de l`accouchement. Selon les sociologues, il éloigne ainsi les mauvais esprits de sa compagne. Le mot est par extension synonyme des symptômes de grossesse que connaissent certains futurs papas.
  • Quelles sont ses causes?
Les spécialistes estiment que certains futurs pères exprimeraient ainsi un désir inconscient de materner, voire de porter le bébé. Ces troubles manifesteraient donc leur envie de prendre la place de la future mère afin de vivre pleinement la grossesse. Et puis.., certains sont seulement gourmands!
  • La couvade peut-elle parfois exprimer une angoisse à l'idée d'être père?
Tout à fait car certains hommes se posent beaucoup de questions avant l'arrivée de bébé mais n osent pas ou ne veulent pas parler de leurs angoisses. Faute de pouvoir le mettre en mots, c'est leur corps qui exprime leur conflit intérieur.
  • Je ne m'inquiète pas : mon homme enceint ne va pas le rester
Les symptômes disparaissent deux-mêmes généralement après la naissance de bébé.
  • Comment sortir de la couvade?
Ces messieurs doivent se replacer dans leur rôle de père. Il s'agit pour eux d'être attentifs aux besoins de la future mère, de l'aider au quotidien mais pas de l'imiter!
  • Je lui demande de m'aider à préparer la chambre du bébé
Cela l'occupera et il se sentira enfin utile face à cette situation qu'il ne vit pas de l'intérieur ! Certaines méthodes comme l'haptonomie (p. 126) peuvent aussi s'avérer utiles car elles permettent aux pères de participer à la grossesse et de créer des liens privilégiés avec leur enfant.  Leia mais...

Je prépare ses frères et sœurs

L'arrivée du futur bébé ne va pas seulement quelque peu bousculer votre quotidien : il va également bouleverser la vie de toute la famille et surtout celle de votre aîné! Avant de lui annoncer la bonne nouvelle, préparez le terrain. Il va lui falloir s'habituer à vous partager... ce n'est pas toujours facile.
  • Quel est le meilleur moment pour annoncer à votre enfant que vous êtes enceinte?
Attendez bien entendu que votre grossesse ait été confirmée. Certains parents choisissent d'annoncer la nouvelle quand le risque de fausse couche est écarté. D'autres attendent de savoir si tout va bien lors de la première échographie. Si votre enfant a moins de deux ans, vous pouvez aussi attendre de le lui annoncer quand votre grossesse devient clairement visible. Quoi qu'il arrive, rappelezvous que chaque enfant est différent et qu'il n'existe donc pas de règles absolues sur le moment ou la façon de lui annoncer la grande nouvelle.
  • Je n'attends pas trop longtemps
Vous avez déjà annoncé l'heureux événement à votre famille et à vos amis mais pas à votre enfant ? Faites-le vite ! Il entend, comprend et ressent ! Ne traînez pas, il aurait l'impression d'être exclu.
  • Je prépare le terrain
Si vous connaissez d'autres femmes enceintes, montrez lui leur ventre rond et profitez-en pour aborder le sujet avec lui. Vous pouvez aussi utiliser comme exemple les animaux du zoo ou de la ferme qui attendent un petit.
  • J'encourage sa curiosité vis-à-vis des bébés
Le soir, racontez-lui des histoires où il est question de la maternité.
  • Je choisis le bon moment pour lui annoncer la nouvelle
Après ce travail de préparation, choisissez un moment calme en tête-à-tête ou avec le papa. Ce que vous allez lui dire dépend, bien évidemment, beaucoup de l'âge de votre enfant et de son niveau de compréhension. S'il est tout petit, expliquez-lui la nouvelle très simplement : il sera probablement enchanté ou peut-être totalement indifférent ! N'oubliez pas que pour lui, un bébé dans le ventre de sa maman n'a pas grand-chose à voir avec l'idée d'un nouveau venu permanent au sein de la famille.
  • Je le rassure
Parlez régulièrement avec lui du bébé qui grandit et laissez-le toucher votre ventre afin qu'il sente le bébé bouger. Ainsi, il aura l'impression de ne pas être exclu de votre grossesse.
  • Investissez-le de son rôle d'aîné
Il arrive que l'aîné « régresse » à la naissance du second pour obtenir l'attention de sa maman. En lui expliquant qu'il est le grand et en quelque sorte le « guide » de ce nouveau venu, la pilule devrait mieux passer !
  • Que dois-je faire s'ii montre des signes de jalousie ?
Accordez-lui beaucoup d'attention et rassurez-le. Prenez le temps de répondre à ses questions et expliquez-lui que l'arrivée de ce nouveau venu ne changera en rien l'amour que vous lui vouez. Pour autant ne cédez pas systématiquement à ses caprices, vous ne devez pas « l'acheter » en quelque sorte.
  • Je ne « vole » pas son lit
Si vous envisagez de faire passer votre enfant à un vrai lit une fois le bébé arrivé, n'attendez pas le dernier moment pour le faire ! Il ne doit pas avoir l'impression que le bébé lui vole son petit lit. Autant que possible laissez-le choisir son nouveau lit et sa literie.
  • Je fais participer l'aîné à la préparation de la chambre du bébé.
Leia mais...

Je file chez mon médecin pour vérifier que tout va bien

La première visite médicale obligatoire est fixée par la Sécurité sociale au troisième mois de grossesse au maximum avant la fin de la 14* semaine de grossesse. Mais, depuis que vous avez la certitude que le test est positif, l'impatience vous ronge. Quoi de plus naturel que de vouloir en savoir plus ? Prenez rendez-vous au plus vite.Je choisis le médecin qui me vaVous pouvez choisir d'être suivie par votre gynécologue habituel, mais s'il n'est pas obstétricien, il vous confiera aux bons soins d'un spécialiste au cours du dernier trimestre. Si vous n'aimez pas le changement, choisissez d'emblée un obstétricien, quitte à retrouver votre praticien habituel après la naissance. Certaines femmes font le choix d'être suivies par leur médecin de famille mais, là encore, il leur faudra recours à un obstétricien pour les derniers mois.Quels examens mon gynécologue va-t-il me proposer ?
  • Examen gynécologique 
Il s'agit de vérifier le volume de votre utérus et s'assurer qu'il est bien en rapport avec le terme présumé de la grossesse.
  • Examen clinique
Mesure de votre tension artérielle et de votre poids.... Heureusement, cette donnée ultra secrète restera entre lui et vous !  Les a ntécéden t s méd icau x Votre suivi de grossesse devra être adapté en fonction de vos éventuelles pathologies. Établissez la liste de vos traitements, de vos allergies mais épargnez-lui votre rhume de la semaine dernière!
  • Les antécédents médicaux
Votre suivi de grossesse devra être adapté en fonction de vos éventuelles pathologies. Établissez la liste de vos traitements, de vos allergies mais épargnez-lui votre rhume de la semaine dernière !
  • Les antécédents familiaux
Votre gynécologue s'intéressera aux maladies dont souffrent vos parents ou grands-parents et qu'il convient de connaître le plus tôt possible. Certaines maladies génétiques peuvent bénéficier d'un traitement préventif.
  • La prise de sang
Le dosage hormonal (HCG) sert à confirmer la grossesse et peut confirmer son évolution mais reste moins fiable et moins précis que l'échographie. La prise de sang permet de vérifier votre sérologie afin de savoir si vous êtes immunisée contre la rubéole et la toxoplasmose. Si vous êtes en contact avec de jeunes enfants, précisez-le afin que votre médecin vous prescrive une sérologie concernant le cytomégalovirus. La sérologie porte également sur l'hépatite B, la syphilis et le sida,
  • L'analyse d'urine
Cette analyse est prescrite pour rechercher le sucre (glycosurie) et les protéines (albuminurie) dans les urines. La présence de glucose peut être le signe d`un diabète gestationnei, tandis que l'albuminurie peut signaler une hypertension, un problème rénal infection urinaire.Question de RhésusSi votre Rhésus est négatif, et que celui du papa est positif, il y a un risque d'incompatibilité fœto-matemelle. Autrement dit le sang de votre bébé pourrait être incompatible avec le vôtre. Vers quatre mois et demi et surtout au moment de l'accouchement, quelques globules appartenant à votre bébé vont se mélanger avec votre propre sang, déclenchant ainsi une production d'anticorps. Sans danger pour ce premier bébé, cette incompatibilité met en péril les grossesses suivantes car vous voilà « vaccinée » contre te sang positif de votre prochain bébé. Pas de panique ! Si votre corps se met à produire des anticorps vous en serez quitte pour un vaccin « anti-Rhésus + » à la naissance afin de bloquer les débordements de votre organisme ! Si votre Rhésus est positif et que celui du père est négatif, votre enfant aura une chance sur trois d'avoir un Rhésus négatif comme papa, mais comme son sang n'est pas en contact avec le vôtre, il n'y aura pas de problème.Si votre Rhésus est positif et que celui du père est positif, votre enfant aura un Rhésus positif. Si votre Rhésus est négatif et que celui du père est négatif, votre enfant aura un Rhésus négatif. Leia mais...

Je calcule ma date d’accouchement

Vous l`avez sans doute constaté, votre médecin a calculé en deux temps trois mouvements la date de conception de votre petit ange mais après tout l'homme de l'art n'était pas entre vos draps ce jour-là et vous préférez vérifier vous-même le bien-fondé de ses affirmations. Vous êtes un zéro pointé en maths ? Pas de problème, un nouveau-né serait capable de le faire !
  •  Combien de temps dure une grossesse ?
Tout dépend du mode de calcul choisi ! Si on considère les semaines d'aménorrhée, qui correspondent au nombre de semaines sans règles, le début du décompte est fixé au premier jour des dernières règles. La grossesse dure alors de 40 à 41 semaines. En revanche si on ne s'attache qu'à la grossesse réelle, le calcul commence à la date de fécondation (environ 2 semaines après le fr jour des dernières règles). La grossesse dure alors 38 à 39 semaines. Plus logique, cette méthode de calcul est pourtant moins utilisée que le décompte en semaines d'aménorrhée parce qu'on est plus facilement sûre de ses dernières règles que de sa date d ovulation, je me trompe ?
  •  Je compte sur mes doigts
Calcul de la date en fonction de la grossesse réelle : L'accouchement se produit en moyenne entre 266 et 276 jours après la fécondation, en fonction de la date d`ovulation. Si vos règles sont habituellement régulières - tous les 28 jours - l'ovulation se situe entre le treizième et le quinzième jour du cycle. Calcul en fonction des semaines d'aménorrhée : À défaut de connaître précisément la durée du cycle on considère en moyenne que l'accouchement a lieu 40 semaines ou 280 jours après la date des dernières règles.
  • Je fais un calcul savant
Cette méthode dite de Naegele est relativement simple. Notez le premier jour de vos dernières règles : par exemple le 10 mars. Retranchez trois mois par rapport au mois indiqué : mars - trois mois = décembre. Ajoutez sept jours au chiffre correspondant au premier jour de vos règles : 10 + 7 = 17. Vous accoucherez certainement aux alentours du 17 décembre.
  • Et pour plus de précision ?
La première échographie, réalisée entre la 12e et 13e semaine d`aménorrhée, permet de lever le doute et confirmer ou préciser la date fatidique.
  • C'est fiable?
Plus ou moins ! On ne peut pas être absolument certain de la durée dune grossesse mais environ 60 % des femmes accouchent à la date prévue à 48 heures près. Leia mais...
Lourdeur bas ventre symptome grossesse | Guide Future Maman | Pour toutes les futures mères