Résultats pour "image fausse"

Vous voyez bebes , grossesse e / ou autres articles relatives de sa recherche image fausse. Trouver les meilleures solutions pour de votre grossesse. hémorroïdes, forceps, fausse couche, echographie, rubeole, echographie bebe, varice.

Je me méfie des échographies spectacles

Votre bébé sur DVD en dehors des échographies obligatoires ? Certaines en rêvent et d'autres l'ont fait ! Mais cette technique est-elle sans risque ?
  • Qu'est-ce que l'échographie spectacle ?
Depuis quelques mois, une nouvelle pratique est proposée en France : l'échographie souvenir pour les adeptes ou spectacle pour les réfractaires. Cette échographie ne répond à aucun impératif médical et a heu en dehors des examens obligatoires. Elle n'est pas réalisée non plus dans un environnement médicalisé. Son objectif ? Immortaliser sur cassette vidéo ou DVD l'image en mouvement de votre futur bébé.
  • Je suis séduite par l'idée
Rien que de très normal car on est loin de la petite image en noir et blanc : les sociétés qui vendent des DVD du bébé tant attendu proposent des images couleurs et en 3D. Au bout de 45 minutes de séance, accompagnée de la personne de votre choix, vous repartez avec votre précieux film de 15 minutes... Après y avoir laissé une coquette somme !
  • Quelles sont les exigences de ces sociétés ?
Vous devez avoir déjà passé l'échographie morphologique du 5e mois et signer une décharge dégageant l'entreprise de toute responsabilité.
  • Les échographies spectacle sont-elles dangereuses pour le bébé?
Peut-être car elles exposent le futur bébé aux ultrasons pendant une durée prolongée. C'est la raison pour laquelle l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a exprimé des doutes quant à cette pratique. L'agence considère que le fœtus est ainsi exposé à un risque potentiel plus important que lors d'une échographie classique et souligne que cette pratique ne présente aucun intérêt médical. Un avis partagé par l'académie nationale de médecine.
  • Je ne cède pas aux sirènes de la star échographie
Les experts déconseillent cette pratique, alors tenez-vous aux échographies médicales. Leia mais...

Je programme la première échographie au cours de la 12e semaine d’aménorrhée

Vous piaffez depuis quelque temps déjà et vous allez bientôt pouvoir le voir en vrai ! Depuis la cinquième semaine peut-être avez-vous déjà entendu les battements de son cceur grâce au Doppler, mais rien ne remplace ce moment magique en image. Trois échographies sont conseillées aux futures mamans et remboursées par la Sécurité sociale:
  • La première entre 12 et 14 SA.
  • La deuxième entre 20 et 22 SA.
  •  La troisième à 32 SA.
  • Quand dois-je prendre rendez-vous ?
L'échographie de datation, destinée à déterminer la date du début de votre grossesse, se pratique au cours de la douzième semaine d aménorrhée. De façon générale, votre médecin vous indiquera les dates auxquelles les examens doivent être réalisés. Il est parfois nécessaire d'anticiper la prise de rendez-vous, notamment dans certains hôpitaux où les listes d'attente sont longues.
  • Comment m'y préparer ?
Inutile de boire des litres d eau. Le fœtus flotte déjà dans son liquide amniotique ! Venez avec une cassette vidéo ou un DVD afin de conserver un souvenir en image à vous repasser en boucle le soir à la veillée ! Si le cabinet ne prévoit pas de film, vous pourrez conserver les clichés de toute façon. Prévoyez quand même des mouchoirs... L'émotion...
  • Que vais-je vraiment voir ?
Lors de ce premier rendez-vous, vous allez pouvoi r découvrir votre bébé en entier. 11 est encore suffisamment petit pour rester dans le cadre. Ce ne sera plus le cas au cours des deux prochaines séances ! Pendant que vous vous escrimerez à essayer de deviner le visage de votre progéniture, le médecin observera :
  • le nombre d`embryons (Gloups ! peut-être sont-ils deux...) ;  la longueur cranio-caudale, autrement dit sa taille du sommet de son crâne au bas de ses fesses. Cette mesure, couplée avec celle du diamètre de la tête, permet de dater à 3-4 jours près la date de conception et donc celle de votre accouchement :
  • la clarté nucale qui consiste à mesurer l'épaisseur de la nuque de l'embryon pour détecter les risques de trisomie 21. L'examen dépiste ainsi 70 % des trisomies 21. En cas de doute, un tri-test puis une amniocentèse pourront vous être prescrits.
  • Combien de temps patienter jusqu'à la prochaine ?
Une dizaine de semaines. La seconde échographie est réalisée entre la 20e et la 22e SA. Pour la troisième et dernière, il faut attendre vers la 32e semaine d'aménorrhée.
  •  Pourquoi ne pas faire plus d'échographies?
Les trois examens répartis tout au long de la grossesse suffisent à suivre la croissance de bébé. D autre part l'échographie est une technique onéreuse et seuls ces trois examens sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale et la mutuelle. Toutefois, votre médecin peut estimer qu une échographie supplémentaire est nécessaire, notamment après des saignements.
  • Est-ce une technique dangereuse pour mon bébé?
Non, l'échographie utilise des ultrasons à la manière d'un sonar. Elle est sans danger. Même si on doit répéter les échographies. Leia mais...

Je n’ai pas peur de l`amniocentèse

L`amniocentèse qui vous a été prescrite, ou dont vous avez-vous-même fait la demande, permet de détecter les anomalies chromosomiques, à commencer par la trisomie 21. Cet examen est particulièrement angoissant pour les mamans car il est impressionnant et la crainte de découvrir une anomalie du fœtus s accompagne de la peur d une fausse couche. Découvrez cet examen pour désamorcer vos angoisses.
  • En quoi consiste l'amniocentèse?
Il s agit d'un prélèvement de liquide amniotique qui contient des cellules du bébé. Celles-ci sont analysées afin d'établir le caryotype du bébé autrement dit sa carte d'identité chromosomique et dépister ainsi des éventuelles anomalies.
  • Pourquoi dois-je faire cet examen?
Il n'est pas obligatoire mais il est proposé systématiquement aux femmes de plus de 38 ans et à celles qui ont déjà eu un enfant trisomique ou si l'un des futurs parents présente une maladie héréditaire grave. Il se peut également que le résultat du tri-test, réalisé voici quelques semaines, ait fait apparaître un résultat témoignant d'un risque supérieur à 1/250. Dans tous ces cas, lamniocentèse est prise en charge par la Sécurité sociale.
  • J'ai moins de 38 ans mais je souhaite faire cet examen
Parlez-en avec votre médecin afin d'établir la nécessité de le faire. Ce n'est pas un examen anodin, pesez bien le pour et le contre. D'autre part, si vous avez moins de 38 ans et que vous n'appartenez pas à la catégorie des grossesses dites « à risque », l'examen ne sera pas pris en charge par la Sécurité sociale.
  • Quand doit-il être réalisé?
En général, l'amniocentèse est pratiquée entre la 16e et la 18e semaine d'aménorrhée - avant cette date il n y a pas assez de liquide amniotique.
  • Comment se déroule-t-il?
Toujours dans un centre spécialisé. Vous êtes allongée sur le dos et le médecin repère le fœtus par échographie pour pouvoir enfoncer une aiguille très fine à travers l'abdomen et prélever ainsi un échantillon de liquide, sans le toucher. La ponction ne dure que quelques secondes. Si vous êtes Rhésus négatif, vous devrez subir une injection intraveineuse de gammaglobulines anti-D. Après un bref tepos, vous pouvez rentrer chez vous. 11 est conseillé de se reposer quelques jours.
  • Est-ce douloureux?
Non, pas vraiment» mais désagréable et angoissant ! Cet examen est pratiqué sans anesthésie, car celle-ci serait plus douloureuse que la ponction elle-même !
  • J'ai peur de faire une fausse couche
Le risque existe, mais il est minime, de Tordre de 0,5 %. Quoi qu'il en soit, après une amniocentèse vous serez suivie d encore plus près par votre médecin ! Il va finir par devenir votre meilleur ami!
  • Combien de temps faut-il attendre les résultats?
Il faudra patienter 15 jours minimum : le temps de mettre les cellules en culture et de pouvoir les interpréter. Leia mais...

Je conviens avec mon conjoint de sa présence ou non lors de l’accouchement

Vous serez aux premières loges pour assister à la naissance de votre bébé, mais le papa... Qu'en pense-t-il? La pression sociale tend à obliger le père à assister à la naissance de son enfant mais il n est pourtant pas toujours évident pour lui de faire face à un moment si intense en émotion, de voir sa femme souffrir. Posez-vous ensemble, les bonnes questions et laissez-le choisir.
  • Pour vous
Ne craignez-vous pas : □ de montrer une image que vous ne maîtrisez pas ? □ de lui faire peur ? □ d être désagréable ?
  • Pour lui
Est-il prêt à : □ voir sa femme souffrir? □ voir du sang? □ se sentir impuissant?
  • S'il reste avec vous
Il faudra que vous vous supportiez l'un l'autre mais le moment est inoubliable.
  • S'il préfère attendre la naissance
Ne le culpabilisez pas. Vous serez peut-être plus à l'aise, ce moment sera le vôtre et celui de votre enfant. Quant au papa, il n'en sera pas moins père pour autant.
  • Et si vous faisiez moit' moit' ?
Le papa pourra vous accompagner pendant la phase de travail de dilatation et passer le relais pendant la phase dexpulsion. Leia mais...

Je gère des émotions fluctuantes

Vous avez les larmes aux yeux sans raison, puis vous avez de drôles de fous rires, sans parler de vos changements d'humeur au bureau. Vous avez la tête sens dessus dessous ! Certes vous êtes insupportable, mais ce n'est pas de votre faute! • Dois-je mettre ces émotions fluctuantes sur le compte de ces satanées hormones ? Eh oui ! une fois encore... • La progestérone : elle vous fatigue, vous rend vulnérable et parfois un peu susceptible. • Magiques, les endorphines créent une sensation de bien-être doucement euphorisante. Leur sécrétion augmente tout au long de la grossesse. • Le cortisoi aurait une action dopante. • Les œstrogènes possèdent, quant à eux, des vertus excitantes mais ils interagissent avec I effet sédatif de la progestérone ! Normal que vos humeurs soient aussi fluctuantes que les montagnes russes !
  • La prolactine aussi? Kèsako?
Sécrétée pour préparer l'allaitement, cette hormone inte- ragit aussi avec la dopamine et aurait un effet excitant.
  • La société s'y met aussi ?
Elle joue, en effet, son rôle dans ces perturbations psychologiques ! Elle idéalise la maternité que vous vivez de votre côté comme un véritablement chamboulement psychologique et physique. La grossesse s'affiche épanouie dans les publicités alors qu elle vous oblige à vous replonger dans les conflits et les difficultés que vous avez rencontrés dans l'enfance. Et le moins qu'on puisse dire c'est que vous n'êtes plus tout à fait la même et l'image de votre propre corps est bouleversée. Certaines femmes ne supportent pas ce nouveau corps, plus féminin et plus voluptueux, surtout si elles avaient la sensation de tout contrôler auparavant.
  • J'ai peur pour l'avenir...
En devenant peu à peu mère, vous vous préoccupez déjà de ce que vous transmettrez bientôt à votre enfant. Difficile d être toujours sereine ! Leia mais...

J’ai un coup de blues

Vous devriez être la femme la plus heureuse du monde et voilà que la présence de ce petit bout dans votre ventre vous fait l'effet d'être dévorée de l'intérieur par un alien. Non seulement votre moral n'est pas au beau fixe mais en plus vous culpabilisez à mort de ne pas être parfaitement épanouie, vous qui avez tout pour être heureuse...
  • Je n'ai pas l'instinct maternel
Mais bien sûr que si ! Cette notion imaginaire exaltée par le XIXe siècle soucieux de conserver la femme dans un rôle de mère au foyer a fait bien du mal aux femmes les plus indépendantes. Ce n est pas parce que l'arrivée de ce bébé que vous avez tant désiré vous perturbe, que vous ne l'aimez pas et que vous serez une mère imbuvable. Il faut bien avouer qu'il bouscule votre vie. Vous avez bien le droit d'avoir quelques humeurs.
  • Je ne suis pas triste, je pleure!
Non seulement vous êtes en train de construire un bébé jour après jour, donc de changer de corps et d'image, mais vous tournez une page de votre vie. D'enfant vous allez devenir parent et changer bon nombre de vos habitudes. Tout cela ne serait rien si ces satanées hormones ne s'en mêlaient pas...
  • Je n'aime pas être enceinte...
Criez-le haut et fort ! Ce n est pas une obligation d'aimer porter un enfant. La grossesse n'est pas pour toutes les femmes la période la plus épanouissante de la vie. Loin s'en faut !
  •  Mon bébé va-t-il pâtir de mes humeurs?
Nullement. Votre moral ne pèse que sur vous. Votre bébé ne vous fera aucun procès d'intention à la naissance.
  • Qui peut m'aider?
Vos proches, qui sauront ne pas juger votre attitude à l'aune des contre-exemples ou votre médecin qui en a entendu d`autres ! Si vous vous sentez vraiment trop mal dans votre peau, adressez-vous à un psy mais pas question d'avoir recours à des antidépresseurs. Leia mais...

Je prends ma fièvre au sérieux

Vous êtes un peu patraque depuis quelques jours et votre température flirte avec les 38°C ? Ne croyez pas que votre seule grossesse est responsable de ce « coup de chaleur ». Trop souvent mise sur le compte d'un petit rhume, la fièvre peut, en effet, être le symptôme de différentes infections plus problématiques.
  •  Ai-je la rubéole?
Avant de se manifester par des rougeurs cutanées, la rubéole commence ainsi par une petite fièvre. 9o % des femmes sont immunisées contre la rubéole soit parce qu'elles sont vaccinées soit parce qu'elles ont déjà eu cette maladie, mais si vous faites partie des 10 % restants, faites contrôler votre sérologie à la rubéole tous les mois jusqu'à 4 mois de grossesse.
  • Ou une listériose?
Une forte fièvre est le seul symptôme de cette maladie relativement fréquente. La listériose est grave pour le fœtus mais rassurez-vous : un traitement adapté mettra votre bébé à l'abri.
  • Ou encore une cystite?
La fièvre peut également signaler une infection urinaire. Elles sont fréquentes chez les futures mamans à cause de la baisse générale des défenses immunitaires et d'une dilatation du canal de l'urètre sous 1 effet de la progestérone. Si vos urines deviennent troubles et que vous souffrez après une miction, une analyse en laboratoire pourra confirmer ce diagnostic et prouver éventuellement la présence des microbes responsables. Ne laissez surtout pas une cystite s'installer car elle peut se transformer en infection plus grave au niveau des reins.
  • Comment la prévenir?
Buvez beaucoup d eau et évitez de porter des sous-vêtements trop serrés, trop courts ou synthétiques. Ayez une bonne hygiène intime et méfiez-vous des savons et des gels-douche trop irritants qui peuvent favoriser 1 entrée d`agents infectieux. Vous pouvez aussi taire des cures de jus de plantes à baies comme les airelles rouges ou la canneberge afin de prévenir des cystites à répétition. Pas d'aspirine Quelle que soit l'origine de la fièvre, il faut vous méfier de l'aspirine qui augmenterait le risque de fausse couche et qui serait susceptible, à partir du deuxième trimestre, de provoquer des atteintes rénales et cardiaques. Préférez le paracétamol mais toujours sous contrôle de votre médecin. Leia mais...
Image fausse | Guide Future Maman | Pour toutes les futures mères